Brouillon auto
Jardin

Semer, planter, et récolter les salades : nos astuces

Faire pousser des salades ? Cela semble simple, et pourtant, il y a des astuces à connaître pour qu’elles soient belles, bonnes et saines jusqu’au printemps. Explications.

Bien faire ses semis de salade

Côté semis, il est encore temps – jusqu’à mi-septembre – de faire ceux des laitues d’hiver qui seront repiqués fin octobre. Choisissez pour cela une vieille variété comme Merveille d’hiver, Brune d’hiver, Rougette de Montpellier, Grosse blonde d’hiver.

Dans les régions les plus douces, elle pourra pommer d’ici la fin de l’année. Dans les zones où les gelées sont fortes ou durables, il faudra protéger sous tunnels plastiques, châssis ou serres. Ailleurs, les plantes passeront l’hiver dehors, avec éventuellement la protection de voiles non tissés, et donneront de petites pommes en fin d’hiver.

C’est aussi le moment de s’occuper des semis de salades faits au mois d’août. Repiquez les laitues, chicorées scaroles et frisées.

Eclaircissez les chicorées sauvages, à 10 cm pour les variétés rouges et 20 cm pour la « pain de sucre ».

L’éclaircissage est nécessaire non seulement pour permettre aux plantes de grossir, mais aussi pour les aérer et limiter les foyers d’humidité qui sont toujours des nids à maladies. Ne jetez pas les jeunes plants, dégustez-les en salade.

Limiter l’arrosage avant de cueillir

Entre septembre et novembre, selon les régions et le climat local, et en tout cas avant les gelées, il faut récolter les légumes de conservation : légumes racines comme les carottes, les céleris-raves ou les betteraves rouges, ou légumes-fruits comme les multiples courges ou potirons.

Pour qu’ils se conservent effectivement le mieux et le plus longtemps possible, il faut limiter l’arrosage. Pour les racines, arrosez uniquement par temps sec lorsque le feuillage est bien épanoui et les racines bien formées, et arrêtez tout arrosage au moins 5 à 6 jours avant l’arrachage. Pour les courges, arrêtez l’arrosage une fois que les fruits ont leur taille adulte et leur couleur définitive.

Précaution de saison

Comme les grosses chaleurs de l’été sont bien derrière nous, que les nuits rallongent et fraîchissent, il faut faire attention : Arrosez en fin d’après-midi pour que l’eau ait bien pénétré avant le rafraîchissement nocturne. Evitez de mouiller directement le feuillage, surtout pour les salades avancées, car cela favorise le développement des moisissures et des champignons.

C’est aussi l’époque de reprise d’activité des limaces et des escargots, particulièrement friands des feuilles de salades en général et des jeunes plants en particulier. Pour les empêcher de nuire, utilisez des appâts : soit un mélange de bière et d’eau disposé dans des récipients au ras du sol (on trouve des pièges dans le commerce) ; soit des granulés au métaldéhyde disposés dans des morceaux de tubes d’une dizaine de centimètres de long et 4 à 5 cm de diamètre. Disposez ces pièges à proximité des cultures menacées.

Blanche et tendre

Les chicorées plantées au début de l’été vont être bonnes à manger. Vous pouvez, bien sûr, les laisser se développer et les récolter quand elles seront vertes. Mais vous préférez peut-être les chicorées tendres, au cœur bien jaune.

Pour les récolter ainsi, il faut les blanchir, c’est-à-dire priver de lumière le cœur de la salade pour qu’il pâlisse et devienne plus tendre. Le blanchiment se fait au fur et à mesure des besoins. Il faut laisser les salades couvertes une dizaine de jours.

Le plus simple est de couvrir chaque semaine le nombre de salades correspondant à la consommation de la maisonnée.

Traditionnellement, on rassemblait le feuillage et on le nouait avec un brin de raphia ou de ficelle. Pour qu’elles soient encore plus blanches et tendres, les vieux maraîchers entouraient les salades d’une toile avant de les lier.

Soupes et courts-bouillons

On peut aussi couvrir la salade d’un matériau opaque : ardoise, tuile plate, etc. On trouve dans le commerce des cloches à blanchir qu’il suffit de poser. Mais il n’y a pas que les salades à blanchir, il y a aussi les céleris-branches.

Comme il s’agit de plantes plus hautes, on procède par liage. Si les céleris ont émis des rejets à la base du pied, on les supprime pour ne blanchir que la touffe centrale.

Ces rejets peuvent être utilisés dans les soupes, potages, courts-bouillons, viandes bouillies, etc.

Une fois les pieds de céleris ainsi nettoyés”, on serre le feuillage.

Comme pour les salades, on peut l’entourer d’une toile de sac puis lier l’ensemble.

Le blanchiment dure 10 à 15 jours : moins longtemps par temps beau et chaud, plus longtemps par temps frais.

À lire aussi : La culture à l’intérieur, c’est tout à fait possible

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

50 + = 56